Archive for octobre, 2009

séminaire Kinshasa 27, 28, 29 oct

octobre 23, 2009
RESERVE 3

Workshop Alexandre Fruh à l'ABA / Kinshasa, 2007 / Visite des réserves du Musée National.

Un séminaire de préparation du projet d’exposition et d’événements à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa se déroulera dans les salles de scénographie à l’annexe du mercredi 27 à 19h00 au vendredi 29 à 13h00. Programme détaillée à venir. Ce séminaire est destiné aux étudiants en phase projet des pôles Espaces Publics et Espaces Scéniques. Il est demandé aux étudiants des années 2 et 3 inscrits dans ces 2 pôles d’y assister, les cours d’atelier étant suspendus ce jeudi et vendredi.

Intervenants: Jean-Christophe Lanquetin, Alexandre Früh, François Duconseille, Eléonore Hellio, Marie-Dominique Dhelsing, Bruno Tackels.

Seconde étape : Kinshasa 12-20 déc 2009. Avec : Joseph Ibongo (dir Musée Nationaux à Kinshasa), Daniel Shongo (dir Académie des Beaux Arts de Kinshasa), Dominique Nkayilu et Patrick Missassi (enseignants Architecture d’Intérieur ABA), Alexandre Fruh et Jean Christophe Lanquetin (enseignants Scéno ESAD), Jonathan Debrouwer et Isabelle Valli (étudiants année5 ESAD), et les étudiants en Architecture d’Intérieur à l’ABA.

Jardin des 2 rives – Cahier des charges

octobre 23, 2009

DSC00842Jardin des Deux Rives – Strasbourg

Appel à projet

Conception de jardins éphémères

« Biodiversité et plantes économes en eau»

Ville de Strasbourg

Document réalisé par le Service des espaces verts et de nature

Octobre 2009

I – Le Jardin des deux Rives

1) Contexte de l’appel à projet

2) Objectifs

II – Appel à projet

1) Les jardins merveilles

1.1 Des parcelles déjà définies

1.2 Des thématiques distinctes au fil des ans

1.2.1 Les jardins merveilles éphémères

1.2.2 Les jardins merveilles pérennes

1.3 Des atouts et des contraintes

1.4 Enveloppe financière

2) Constitution du dossier de projet

2.1 Documents à fournir

2.2 Appréciation du projet

2.3 Planning

2.4 Vos interlocuteurs

III – Données relatives à l’équipe de conception

I – Le Jardin des Deux Rives

1) Contexte de l’appel à projets

Le Jardin des Deux Rives a été inauguré en 2004, à l’occasion de la manifestation transfrontalière Festival des Deux Rives STRASBOURG & KEHL Landesgartenschau 2004.

Ce Jardin est une réalisation franco-allemande, et il s’étend comme son nom l’indique sur les deux rives du Rhin, reliées par la passerelle conçue par l’architecte Marc Mimram et construite spécialement pour l’occasion.

Le côté français du Jardin est un parc de 34 hectares qui constitue la première étape de la réhabilitation du quartier de la Porte de France dans le cadre des opérations d’aménagement urbain de l’axe Est-Ouest. Les éléments majeurs de sa composition sont :

– de grands espaces de pelouse ornés de bouquets d’arbres,

– une large promenade parallèle au Rhin sur toute la longueur du parc,

– trois axes transversaux, prolongés sur la rive allemande, l’axe central donnant sur la passerelle,

– un imposant mur d’eau incurvé,

– ainsi que des parcelles elliptiques ceintes d’un palissage de saule vivant tressé.

L’idée première du concepteur du Jardin, Rüdiger Brosk, était d’aménager ces parcelles en jardins familiaux. Lors du Festival des Deux Rives de 2004, elles ont été le support de jardins éphémères. Ces jardins ont été démontés à l’issue de la manifestation.

Depuis, un ensemble de jardins pérennes ou éphémères sont en accès libre lors des heures d’ouvertures du parc.

Certains de ces jardins éphémères sont renouvelés de manière régulière.

En cette fin d’année 2009, deux jardins sont en voie de réaménagement. Une des deux parcelles disponibles vous est proposée afin que votre créativité soit associée à ce projet.

2) Objectifs

  • Favoriser la création artistique et paysagère et faire apparaître Strasbourg comme une ville particulièrement sensible à ce domaine
  • Attirer plus encore les publics locaux et touristiques sur l’espace du Jardin des Deux Rives
  • Montrer la diversité des savoir-faire en matière d’art des jardins
  • Sensibiliser les visiteurs et en particulier les enfants au patrimoine végétal et paysager, grâce à une approche ludique et pédagogique

II – Appel à projet

Le présent appel à projets est organisé en dehors d’un processus de concours. Le service des espaces verts et de nature est l’interlocuteur des équipes de conceptions tout au long du processus de conception, et prendra en charge la phase de réalisation (entreprises et régie).

Les concepteurs ne percevront aucune indemnité ni rémunération. Ils seront invités à participer à la traduction de leur concept en projet réalisable, et auront la satisfaction de laisser leur empreinte sur ce parc contemporain, qui est le plus grand de Strasbourg. Une plaque signalétique faisant référence au concepteur de chaque parcelle présentera le concept du jardin.

L’équipe de conception mandatera un référent qui deviendra l’interlocuteur privilégié du Service des espaces verts.

Le concepteur s’engage à :

–       renoncer totalement à la propriété intellectuelle de son projet au profit de la Ville de Strasbourg.

–       rencontrer les services de la Ville de Strasbourg pour préciser le projet  lors de réunions régulières afin de présenter l’avancement des ses réflexions (planning à définir ensemble).

1) Les jardins merveilles

1.1 Des parcelles déjà définies

Les jardins éphémères sont hébergés par les ellipses au Sud de la grande prairie. Ils sont localisés dans un espace un peu plus ouvert que la zone accueillant les jardins pérennes, permettant une plus grande respiration entre les parcelles.

Deux parcelles font l’objet de cet appel à projet :

–       parcelle accueillant le projet « Ceci n’est pas un jardin » d’une surface de 400 m²,

–       parcelle où se tient le « Jardin 2.0 » d’une surface de 800 m².

1.2 Des thématiques distinctes au fil des ans

1.2.1      Les jardins merveilles éphémères 3 thèmes se sont juxtaposés au fil des années et des renouvellements de jardins. Conçu pour certains sur le thème des « jardins de demain », d’autres sur l’idée du « jardin en mouvement », les plus récents évoquent « les saveurs végétales ». Les deux projets qui seront réalisés en 2010 répondront au thème de la « Biodiversité et des plantes économes en eau ».

1.2.2      Les jardins merveilles pérennes 7 jardins, essentiellement destinés aux enfants ont été construits sur ce thème. Ces jardins pérennes proposent une offre attractive en matière de jeux, de découvertes et d’apprentissages. Ceci permet de rendre la partie française du Jardin des Deux Rives plus attractive pour les familles avec enfants, passant ainsi d’un espace de représentation à un espace d’appropriation.

1.3 Des atouts et des contraintes

Les accès des jardins doivent se conformer à l’existant.

Toutes les parcelles bénéficient d’une distribution en eau et en électricité. Elles ne sont par contre pas reliées à un quelconque réseau d’assainissement.

Le projet devra être conçu dans l’optique du développement durable, et plus particulièrement de ses aspects environnementaux : économie d’eau et d’énergie, utilisation de matériaux sans danger pour l’environnement, longévité et faible charge d’entretien des installations.

Pour le cas où l’utilisation d’eau serait nécessaire, ceci devra se faire en circuit fermé, ou tout au moins de façon à ne pas rejeter d’eau à l’extérieur des parcelles. Aucun système d’infiltration ne pourra être mis en place.

De même, les consommations énergétiques éventuelles devront être justifiées par un concept fort, et limitées au strict nécessaire.

Le sous-sol étant protégé par une géo-membrane située à 50 cm de profondeur, aucune fouille ne devra être réalisée à plus de 45 cm.

Les jardins éphémères sont renouvelés tous les deux ans : leur conception devra permettre une utilisation du jardin sur deux saisons d’ouverture entrecoupées d’une période hivernale.

1.4 Enveloppe financière

L’enveloppe financière allouée à la réalisation de chaque projet est limitée à 15.000€ TTC.

Cette somme prendra en charge l’ensemble des fournitures et travaux nécessaires à la mise en œuvre du projet.

N’est pas compris dans ce prix l’intervention en régie de nos équipes de jardiniers, dont l’intervention sera possible sous réserve de leurs disponibilités au moment des travaux.

Il est rappelé que les concepteurs des projets réalisés ne percevront aucune indemnité ni rémunération.

2) Documents

2.1 Documents à fournir

–       Deux esquisses au minimum pour permettre le choix d’un projet

Un ou plusieurs croquis d’ambiance,

Une note explicative du projet,

Un estimatif sommaire du projet.

–       Un projet développé à partir de l’esquisse retenue :

Un plan couleur du projet au 1/100e ou toute autre échelle adaptée avec situation des circulations intérieures, reprenant le contour de la parcelle retenue,

La liste des matériaux, mobiliers et plantations prévus,

Tout document nécessaire à la bonne réalisation du projet,

Un Bordereau de prix estimatif et quantitatif  détaillé.

2.2 Appréciation du projet

Dans un premier temps, le Service des verts et de nature  statuera sur l’esquisse à valorisée suite à l’examen des propositions soumises. Les critères pris en compte sont :

  • Valeur paysagère et artistique,
  • Innovation, créativité et originalité en rapport avec la thématique du type de jardin (éphémère / pérenne),
  • Pédagogie, interactivité et/ou humour du projet
  • Faisabilité technique,
  • Contraintes de gestion et d’entretien,
  • Respect de l’enveloppe budgétaire.

Dans une seconde phase, l’esquisse choisie deviendra projet et sera discutée tout au long du processus de conception sur la base des critères suivants :

  • Aspects  techniques pour sa réalisation,
  • Calendrier des travaux,
  • Contraintes de gestion et d’entretien,
  • Respect de l’enveloppe budgétaire.

2.3 Planning

Jeudi 08 octobre 2009 Prise de contact avec les concepteurs

Vendredi 27 novembre 2009 Réception des esquisses

Mardi 15 décembre 2009 Choix de l’esquisse retenue par notre service

15 décembre à début mars 2010 Finalisation technique du projet et réunions intermédiaires Concepteurs + équipes du service espaces verts

Mars  à mi-Mai 2010 Réalisation du jardin

Courant juin 2010 Inauguration

2.4 Vos interlocuteurs

Service des espaces verts et de nature de la Ville de Strasbourg au 03.88.60.90.90

Frederic Auneau :             frederic.auneau@cus-strasbourg.net

Tel. 03.88.60.90.90 Poste 34149

Claude Reutenauer :            claude.reutenauer@cus-strasbourg.net

Tel. 03.88.60.90.90 Poste 34162

III – Données relatives à l’équipe de conception et au projet

Coordonnées du mandataire :

Organisation :

Nom, prénom :

Adresse :

Téléphone :

Courriel :

Engagement du concepteur :

Je soussigné                                                                                     ,

Concepteur unique ou mandataire de mon équipe (rayer la mention inutile), m’engage à renoncer totalement à la propriété intellectuelle de mon projet au profit de la Ville de Strasbourg. Ma seule rétribution sera de voir mon jardin réalisé, et d’avoir ainsi participé à l’aménagement du Jardin des Deux Rives.

Fait à                                              , le

Signature du concepteur ou du mandataire

informations diverses et utiles

octobre 3, 2009

bruit du frigo

octobre 3, 2009

Gaby Farage du collectif  Le bruit du frigo menera avec les étudiants un projet dans l’espace urbain qui sera présenté en mai à la Chaufferie

présentation du bruit du frigo jeudi 19 novembre dans l’après midi

lancement du workshop vendredi 20 novembre

mouvements divers de corps et de pensées….

octobre 3, 2009

rue Ste Madeleine (cahier des charges)

octobre 3, 2009

DSC00831Association des commerçants de la rue Sainte Madeleine

Mathilde Parmentier, Présidente

Société « Une autre ligne »

8 rue Sainte Madeleine

67000 Strasbourg

Embellissement de la rue Sainte Madeleine

Cahier des charges

Objectif généraux

Þ   Concourir à l’embellissement de la rue Sainte Madeleine

Þ   Mettre en valeur l’identité spécifique de la rue et de ses commerces

Eléments de contexte

Après une période difficile, la rue Sainte Madeleine (située entre le quai des Bateliers et la rue des Orphelins à la Krutenau) connait actuellement un net regain d’activité, avec l’ouverture de nombreux commerces, dont Une autre ligne (bijoux), Mémé en Autriche (décoration), Petite Emilienne (tissus), Petits à petits (accessoires pour enfants) et Life is magnifique (épicerie). Autrefois connue comme la « rue de la mode », la rue Sainte Madeleine est à présent occupée en majorité par des indépendants, créateurs et artisans. Ils savent que le développement de la rue et de ses commerces ne se fera pas par une démarche purement mercantile (promotions, cartes de fidélité, opérations commerciales…), mais qu’elle suppose au contraire une approche globale de développement du quartier, avec des animations, en relation avec les écoles, les associations, un travail sur le cadre de vie. Les commerçants de la rue Sainte Madeleine ne doivent pas chercher à rivaliser avec les établissements de l’hyper-centre ; ils doivent mettre en avant l’originalité et l’identité spécifique de leur rue, afin de donner envie aux Strasbourgeois de (re-)découvrir le secteur de Sainte Madeleine. Dans ce cadre, des animations de rue ont déjà eu lieu (fête des fleurs avec visite du Maire de Strasbourg le samedi 6 juin, inauguration des nouveaux commerces le jeudi 18 juin) ou auront lieu au cours des prochains mois (fête de quartier, défilé de mode…).

Vue d’ensemble de la rue Sainte Madeleine, avec perspective sur l’arrière de la cathédrale.

Présentation de la problématique

Globalement, la rue Sainte Madeleine présente un fort potentiel (dû notamment à son inscription dans le périmètre du secteur sauvegardé de la Ville de Strasbourg), mais qui n’est pas ou peu exploité. Ainsi, la rue Sainte Madeleine offre une perspective intéressante sur l’arrière de la cathédrale, sans qu’aucun aménagement ne vienne mettre cette vue en valeur. De la même façon, l’entrée de rue côté quais est fort bien située, mais assez obscure, à cause d’une chaussée étroite et de l’absence de traitement adapté. Il manque également une articulation entre la place Sainte Madeleine et ses bâtiments remarquables (grenier à grain et église) et la rue elle-même. Actuellement, la décoration se résume à des fanions monochromes placés sur des câbles tendus en travers de la rue, ainsi qu’à des banderoles indiquant le nom de la rue (côté quai des Bateliers et côté rue des Orphelins). Cet aménagement n’est pas jugé satisfaisant. Récemment, la Ville de Strasbourg a installé des vignes grimpantes dans des pots placés le long des murs. L’idée est de travailler sur l’embellissement de la rue, en soulignant son identité particulière. La démarche devra être innovante et originale, tout en replaçant la rue Sainte Madeleine dans son environnement : en face de l’embarcadère et de la cour arrière du Palais des Rohan d’un côté, à proximité de la place des Orphelins et de la place d’Austerlitz (qui sera bientôt réaménagée) de l’autre. En travaillant sur les flux de touristes et de visiteurs (capter l’attention d’une partie des personnes qui remontent depuis la dépose des cars de la place de l’Etoile ou y retournent), il serait possible d’orienter vers la rue Sainte Madeleine une quantité non négligeable de personnes. A ce titre, la piétonisation prochaine de la place du Château doit être considérée comme une opportunité pour la rue Sainte Madeleine. Il faudra également capter l’attention des Strasbourgeois, dont beaucoup ne paraissent tout simplement pas connaitre la rue Sainte Madeleine. Par exemple, le samedi matin, des centaines de Strasbourgeois se rassemblent au niveau de l’embarcadère à l’occasion du marché des producteurs locaux, mais très peu franchissent le canal et se rendent dans la rue Sainte Madeleine. La mise en place d’une signalétique de rue est envisageable, mais aucunement indispensable.

Vue rapprochée des fanions installés en travers de la rue Sainte Madeleine.

Axes de travail

Il convient d’établir une distinction entre le périmètre d’intervention (la rue Sainte Madeleine et ses abords immédiats) et le périmètre de réflexion (de la cathédrale à la place de l’Etoile, et de la place Sainte Madeleine à la place de Zurich), qui permet de situer la rue par rapport à des enjeux plus globaux, qui donnent corps et sens au projet. Cette distinction est nécessaire pour des raisons de faisabilité pratique (budget, moyens, délais, etc.).

Þ   Embellissement de la rue : remplacement des fanions actuels, soit par des fanions de meilleure qualité et plus originaux, soit par un dispositif comparable mais de nature différente

Þ   Réfléchir sur l’identité spécifique de la rue, en référence aux commerces installés, ainsi qu’à l’inscription dans le périmètre du secteur sauvegardé (richesse patrimoniale et historique)

Þ   Travailler sur l’attractivité de la rue de manière générale, et pas simplement sous l’angle commercial (les commerces en profiteront par ricochet)

Þ   Travailler sur l’articulation entre les différentes places du secteur et les cheminements piétons : place de l’Etoile vers centre-ville et vice-versa, embarcadère, place du Château…

Þ   Tenir compte du réaménagement prochain de la place d’Austerlitz (appelée à devenir une place de rencontre, de convivialité) : considérer la rue Sainte Madeleine comme un lieu de passage, pas de destination

Þ   Prendre en compte les flux de touristes, de visiteurs, mais également les Strasbourgeois eux-mêmes

Þ   Eventuellement, mettre en place une signalétique de rue, permettant notamment de capter une partie du flux de l’embarcadère et de la place du Château


Calendrier prévisionnel

Þ   Juin 2009 : présentation du cahier des charges à l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg

Þ   Septembre 2009 : engagement de la démarche sous forme de projet pédagogique de l’ESAD

Þ   Printemps 2010 : rendu des travaux et début des aménagements dans la rue Sainte Madeleine

Financement de l’opération

Þ   Association des commerçants de la rue Sainte Madeleine : financement direct par les membres de l’association et organisation d’opérations de collecte de fonds (manifestations festives)

Þ   Communauté Urbaine de Strasbourg (service du Développement économique)

Þ   Chambre de commerce et d’industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin

Þ   Chambre de métiers d’Alsace

Et si nous quittions la ville…

octobre 3, 2009

Et si nous quittions la ville…

… approche d’un paysage situé en frange urbaine.

• Le rendez-vous est fixé le vendredi 9 octobre à 9 h 30 à l’école.

Enseignants: Benoît DECQUE et Alice ROUSSILLE.

• Nous démarrerons à 10 h 30. Nous prendrons le bus 15a – arrêt Brant-Université – (à 5 mn de l’école) et nous descendrons à l’arrêt Lamproie.

Ligne bus15a.

• Nous emprunterons la rue Mélanie jusqu’au Château de Pourtales (10 à 15 mn à pied). Nous traverserons le parc éponyme où nous porterons une attention toute particulière aux réminiscences d’une grande composition paysagère aujourd’hui disparue… ainsi qu’à certaines de ses ponctuations contemporaines.

Pourtales

• De là, nous engagerons dans la forêt de la Robertsau. Vaste domaine que nous le parcourrons. Nous essayerons d’en appréhender la diversité… aurons-nous le courage d’aller jusqu’à l’étang du Rohrkopf? Ce qui est sûr c’est que nous finirons par buter sur une des limites majeures de ce territoire: le Rhin…

• Territoire, parcours et limite: le retour jusqu’à l’arrêt de bus se fera par le « Ried », l’ancienne voie de chemin de fer – Strasbourg > La Wantzenau – et le port au pétrole…

• Cette première approche nous permettra de découvrir les composants d’un paysage que le relevé du topographe n’a pas capacité à rapporter. Elle sera un préalable à d’autres approches raisonnées (historiques, géographiques, politiques, sociales…). La synthèse qui en découlera fera l’objet d’une restitution plastique personnelle et d’un projet d’intervention paysagère dont nous aurons à définir l’ampleur et la charge.

• Nous serons partis pour toute la journée. Nous aurons dans notre sac à dos, un matériel de prises de notes et de reportage… (carnets de croquis, appareils photos…) et un pic-nic. Nous serons équipés de chaussures nous permettant de marcher confortablement pendant 3 à 4 heures. Nos vêtements et notre équipement nous permettront de supporter un froid d’octobre et d’affronter une éventuelle pluie automnale.