Captés

novembre 5, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans nos villes, les espèces graphiques qui émanent des institutions
publiques sont innombrables. Il y a celles qui forment le réseau des
inscriptions invisibles et assurent aux gestionnaires toutes formes de
contrôle et de surveillance. Mais il y aussi celles qui sont destinées au
public, pour des raisons qui semblent se renouveler sans cesse.

Vous pouvez consulter cet article en cliquant sur le lien ci-dessous:
http://www.urbain-trop-urbain.fr/captes/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :