Archive for février, 2012

Philosophie des jeux vidéo

février 29, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes face à un jeu vidéo. Vous pressez les bonnes touches, vous déplacez la souris, vous appuyez en cadence sur les boutons du pad. Qu’est-ce qui se produit alors ? Quel est cet état si particulier, à la limite du vertige et de l’hallucination, face à l’écran et à la machine ? L’expérience ne ressemble à aucune autre : pas plus à l’état filmique des salles obscures qu’à l’état livresque de la lecture.
De « Space Invaders » à la 3D, depuis les premiers hackers qui programmaient la nuit sur les ordinateurs géants d’universités américaines jusqu’à la console de salon, en passant par la salle d’arcade des années 1970, ce qui s’est à chaque fois inventé, au fil de l’histoire des jeux vidéo, ce sont de nouvelles liaisons à la machine, de nouveaux régimes d’expérience, de nouvelles manières de jouir de l’écran. On aurait tort de négliger ce petit objet. Sous des dehors de gadget méprisable, il concentre en fait les logiques les plus puissantes du capitalisme informationnel. Et ceci parce qu’il tient ensemble, comme aucune autre forme culturelle ne sait le faire, désir, marchandise et information. Les jeux vidéo exhibent la marchandise parfaite du capitalisme contemporain, celle dont la consommation s’accomplit intégralement et sans résidu sous la forme d’une expérience ; une expérience-marchandise branchée en plein cœur de la mise en nombres du monde.
À l’âge de la « gamification généralisée », où le management rêve d’un « engagement total » mesuré par une batterie d’indicateurs, les jeux vidéo fournissent aussi un nouveau modèle pour l’organisation du travail, où l’aliénation s’évanouirait enfin dans le fun.

éditions Zones

Manuel de communication-guérilla

février 29, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guide d’intervention militante non conventionnelle, voici un exposé de la théorie et de la pratique d’un activisme expérimental, mêlant engagement politique, pensée critique et action artistique. Comment saper l’ordre des discours dominants ? Saboter les imaginaires de la société de consommation ? Intervenir dans un espace public verrouillé par des médias omniprésents ? Loin des principes de la com’ publicitaire et du bourrage de crâne, ce manuel propose un arsenal de tactiques d’agitation joyeuse et de résistance ludique à l’oppression : détournements, camouflages, happenings, théâtres invisibles, attaques psychiques, entartages, impostures médiatiques et canulars révélateurs… Dans la lignée des mouvements artistico-subversifs, les auteurs revisitent les procédés de la critique sociale sur le mode de l’impertinence créatrice.
Tandis que la politique radicale traditionnelle mise sur la force persuasive du discours rationnel, la communication-guérilla ne s’appuie pas sur des arguments, des chiffres et des faits, mais cherche à détourner les signes et les codes de la communication dominante. Elle travaille à intensifier la charge subversive du non-verbal, du paradoxe, du faux, du mythe. Elle se définit comme l’art de mettre de la friture sur la ligne.
Ce texte-manifeste, devenu « culte » depuis sa première publication en Allemagne en 1997, propose des formes d’action inventives pour une critique en acte des rapports sociaux existants.

éditions zones

postérité du postcolonial

février 29, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de(s)générations 15 / postérité du postcolonial /

À l’arrivée tardive en France des traductions et réflexions autour des postcolonial studies correspond déjà leur mise en débat sur la scène universitaire internationale : un questionnement portant à la fois sur le chemin parcouru par ces études depuis leur naissance il y a plus de trente ans, et sur leur viabilité dans la durée comme domaine de pensée à part entière(1).

Sommaire

Achille Mbembe : La pensée métamorphique

Catherine Coquery-Vidrovitch : Entretien – Échange avec Giulia Fabbiano & Arnaud Zohou

Laurent Dubreuil : Propos sur une fameuse tendance à oblitérer

Dominique Malaquais : SPARCK

Jean Malaquais : Extrait du Journal du métèque

Emmanuel Juste : Mots Mar-(te)-lés

Françoise Vergès : Du bouleversement des cartographies – Échange avec Giulia Fabbiano & Arnaud Zohou

Anthony Mangeon : Futurs antérieurs

Arnaud Zohou : Épilogue : Partir de Louverture

William Kentridge : Images extraites du film Shadow Procession

Pascale Marthine Tayou : Kids Mascarade

un nouveau festival / Beaubourg / Jeux – Élie During

février 29, 2012

 

 

 

 

 

 

 

Festival / Jeux – Élie During

Cycle de conférences en six parties.
Une proposition d’Élie During.
Avec Patrice Blouin, Tristan Garcia, Joseph Mouton, Mathieu Potte-Bonneville, Julien Prévieux (Joker), Mathieu Triclot, McKenzie Wark.

un nouveau festival

L’art de la ville : Corps de/dans la ville par Jean-Luc NANCY

février 27, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_le_mirail/dossier_programmes/colloques/l_art_de_la_ville/2_l_art_de_la_ville_corps_de_dans_la_ville_par_jean_luc_nancy

« Corps de/dans la ville« . Jean-Luc NANCY. In colloque international: « L’Art de la Ville / The Art of the City » organisé par l’équipe Cultures Anglo-Saxonnes (CAS), de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail, 6 -8 novembre 2008.

Dans un style à la fois érudit et ludique, prenant au pied de la lettre le thème « l’Art de la ville » et refusant l’idée de ville limitée à ses fonctions, le philosophe Jean-Luc Nancy présente une vision de la ville en tant que créatrice d’elle même, de sa propre œuvre, tout entièrement faite de son propre mouvement. D’un mouvement de prolifération indéfinie, de dispersion permanente, d’éloignement et de rapprochement mais aussi constitutive, tout autant que constituée, de la circulation et du mouvement des passants -« acteurs et spectateurs à la fois »- de la rencontre, « du rendez-vous qui est peut-être l’œuvre majeure de la ville« .

Montreal Sound Map

février 27, 2012

mavideoz blog

Le projet Montreal Sound Map est une base de données d’archives d’enregistrements sonores de toute sortes fait à montréal. l’archive sonore touche tous les aspects d’un environnement : politique, artistique, culturel, historique et technologique…

La carte sonore de Montréal est un projet continu et en constante évolution. Les soumissions sonores sont actuellement possibles en téléchargements les fichiers sur le site sous la licence Creative Common.

View original post

sleeping chinese

février 27, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.sleepingchinese.com

Anthropologie de l’ordinaire

février 27, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’anthropologie de l’ordinaire outrepasse les contraintes d’un savoir local, ainsi qu’une prétendue “subjectivité”, en proposant un mode de connaissance axée non plus sur un monde-objet – et sur ses jeux de distanciation –, mais sur un monde vécu, puis lu, dans le sens d’un appariement de consciences. Ce que vit l’anthropologue au cœur de son enquête est effectivement susceptible de concerner le lecteur non spécialiste, car ce qui est ordinaire, avant tout, c’est bien la posture de l’anthropologue. »

Dans cet essai théorique vivifiant, Éric Chauvier recentre l’ambition anthropologique, à l’opposé de la fabrication d’un monde-objet déconnecté du réel, autour de l’ordinaire éprouvé sur le terrain.

Ce sont les ruptures de familiarité ressenties lors des rencontres avec les interlocuteurs, les jeux de langage à l’œuvre dans ces moments spécifiques, et l’ »appariement des consciences » entre narrateur et lecteurs par l’écriture même de l’enquête, qui posent désormais les attendus épistémologiques et immédiatement politiques de la pratique anthropologique.

 

Anthropologie de l’ordinaire

Éric Chauvier

Éditeur : Anacharsis

Parasite Library Re-Uses Old Pay Phones

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pay phones are a dying breed in the streets of of New York City (and other cities). But is this a problem or an opportunity? Currently New York City counts 13,659 pay phones. Most of them are hardly used and beg for new functions.

http://popupcity.net/2012/02/parasite-library-re-uses-old-pay-phones/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook&utm_campaign=the+pop-up+city

Fragments d’intime

février 26, 2012

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Fragments_d_intime-9782707156785.html

Dans les espaces urbains marqués par la précarisation, les sphères de l’intime se fragilisent. Cet ouvrage explore la vie émotionnelle, affective et sociale de personnes de toutes origines, souvent marquées par l’épreuve de l’exil, dans un quartier « chaud » de Bruxelles, où les relations hommes/femmes, les quêtes affectives et sexuelles sont d’une grande complexité. L’auteure y a longuement fréquenté des prostituées, des errants avec ou sans papiers, des jeunes issus des anciennes et nouvelles migrations, turques en particulier. Elle restitue ici, avec finesse et délicatesse, leurs histoires et contextes de vie, qui contribuent à façonner leurs rapports au corps, à l’autre sexe et à la solitude.

Campement Urbain : Je et Nous, un lieu de solitude désirée

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le projet  » Je et Nous » se définit comme cette tentative, celle de construire un lieu qui appartienne à tous et en appartenant à tous, n’appartienne à personne.

http://www.cairn.info/revue-mouvements-2005-3-page-103.htm

Les vertiges du corps et les espaces de l’art

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.franceculture.fr/emission-croisements-les-vertiges-du-corps-et-les-espaces-de-l’art-2011-08-21.html

Dialogue entre Alain Berthoz et Roland Recht

Quelle place occupe notre corps dans les espaces de l’art ? Notre corps de spectateur mais également celui représenté par les artistes. Ce corps en mouvement qui, au fil de l’histoire de l’art, a sans cesse modifié le sens conféré au concept d’espace. Mais de quelle évolution témoignent au juste les différentes représentations plastiques de cette corporéité ? La photographie, le cinéma, …

Tania Mouraud / City Performance

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

City Performance #1
Silkscreen 3 x4 m on 54 Billboards
Paris 1977-1978
Collection FRAC Lorraine

Move out of the gallery, the museum, the obvious places. Accept the rules of the street: legibility = redundancy. Dot the urban space with 54 signs, establishing a network that can reach motorists through ‘road-blocks’ on traffic routes, and also pedestrians, those who never get out of their own neighbourhood: housewives, children, old people; knowing from the outset that the dice are loaded.

more

histoires d’espaces / Claude Eveno

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Histoires d’espaces
Claude Eveno
Editeur Sens & Tonka, 2011

L’espace est une chose abstraite, impalpable et pourtant si réelle, si chargée d’expérience émotionnelle… Catégorie a priori de la connaissance, fût-elle historique (le temps passé) ou physique (espace-temps), qui se retrouve surtout dans l’expérience de l’homme, dans l’inscription d’une mémoire sensorielle, dans le corps et l’esprit par le souvenir de traversées de lieux découverts aux détours de lectures ou de voyages.

Auteur de Paris Perdu, Carnets de ville, Sur la lande, le Jardin Planétaire (avec Gilles Clément) et un amateur d’architecture Cinéaste, urbaniste, Claude Eveno, est rédacteur en chef de la revue Monumental, professeur à l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage (ENSNP) et directeur des études à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI).

 

Qu’est-ce que la ville créative ?

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les politiques culturelles, perçues comme des clés de la requalification urbaine, sont à l’œuvre dans les villes davantage concurrentes à l’heure de la mondialisation. L’ouvrage d’Elsa Vivant tente de faire le point au moment où la scène scientifique hexagonale montre un véritable engouement pour ce qui apparaît comme un nouveau champ de réflexion.

Elsa Vivant. 2009. Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris : Presses Universitaires de France, 92 p.

http://www.metropolitiques.eu/L-artiste-et-ses-territoires.html

L’oeuvre commune – Affaire d’art et de citoyen

février 26, 2012

Le blog de Paul Ardenne

Auteur : Jean-Paul FOURMENTRAUX

Préface de Paul ARDENNE

Les Presses du Réel – 2012

Une approche sociologique des nouvelles pratiques artistiques en matière de commande publique.

Ce livre ne s’intéresse pas aux œuvres déjà faites, mais à des « œuvres à faire ». Il a pour objet les métamorphoses du travail de création impulsées par un dispositif original de soutien et de médiation artistique : l’action Nouveaux Commanditaires conçue par l’artiste François Hers et mis en œuvre par la Fondation de France depuis 1991.

« Faire œuvre » et « faire société » sont ici rendus indissociables. Car ni l’œuvre, ni le commun, affaires d’art et de citoyens, n’y sont « déjà là ». L’une et l’autre demandent à être instaurés. Or, cette instauration d’une « œuvre commune » est jalonnée d’une longue série d’associations, d’intrigues, de controverses et de négociations dynamiques entre artistes, médiateurs et citoyens commanditaires.

Au fil…

View original post 81 mots de plus

Street Archivist : pour que l’ordinaire traverse le temps

février 26, 2012

Urbanisme émotionnel: la ville idéale favorise les câlins

février 26, 2012

Créer des lieux de rendez-vous amoureux dans une ville ? installer dans la rue des bancs pour se peloter à l’abri d’un coin de verdure? Au Japon et aux USA, les urbanistes s’aperçoivent qu’il n’y a rien de mieux pour revitaliser les zones en marge et pacifier les quartiers difficiles.

http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2011/06/urbanisme-emotionnel-la-ville-ideale-favorise-les-calins-.html

Pratiquer la ville, pour une technologie de la dérive

février 26, 2012

Un usage grandissant d’applications mobiles se revendique du situationnisme. Reposant souvent sur la géolocalisation, ces technologies de la dérive « augmentée » sont porteuses d’un renouvellement des pratiques de la ville… ou bien d’un retour aux sources.

http://owni.fr/2011/06/20/pratiquer-la-ville-pour-une-technologie-de-la-derive/

L’inquiétante étrangeté de l’ordinaire 3/4 : Michel Foucault et Georges Perec

février 26, 2012

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-l-inquietante-etrangete-de-l-ordinaire-34-michel-fo

Adèle Van Reeth reçoit Guillaume Le Blanc à propos de la façon dont l’ordinaire accède à l’écriture, tant historienne que littéraire, chez un philosophe comme Foucault et un écrivain comme Perec.