Posts Tagged ‘corps’

moments / ZKM / Karlsruhe

mars 12, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

http://moments.zkm.de/

“Moments. A History of Performance in 10 Acts” is an international live exhibition on the history of art performance in dance and fine arts. As an exhibition ‘in progress’, the project shows and develops new formats of museal presentation of live acts. The starting point is the interest in the processes of coming to terms with history in so-called re-enactments of historic performances, but which also comes to expression in the recently erupted controversy surrounding the museal presentability of performances by Joseph Beuys in photographic documentation. This is also reflected in the practice of a younger generation of performers and choreographs, such as in numerous historical appropriations and re-enactments. At the center of this is the ‘heroic’ period of the 1960s to the 1980s in which a radical (new) definition of the genre took place in the more intimate dialog between performance movements of fine arts and dance.

Curators and exhibition dramaturgy: Boris Charmatz, Sigrid Gareis, Georg Schöllhammer

8 March–29 April 2012

L’art de la ville : Corps de/dans la ville par Jean-Luc NANCY

février 27, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_le_mirail/dossier_programmes/colloques/l_art_de_la_ville/2_l_art_de_la_ville_corps_de_dans_la_ville_par_jean_luc_nancy

« Corps de/dans la ville« . Jean-Luc NANCY. In colloque international: « L’Art de la Ville / The Art of the City » organisé par l’équipe Cultures Anglo-Saxonnes (CAS), de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail, 6 -8 novembre 2008.

Dans un style à la fois érudit et ludique, prenant au pied de la lettre le thème « l’Art de la ville » et refusant l’idée de ville limitée à ses fonctions, le philosophe Jean-Luc Nancy présente une vision de la ville en tant que créatrice d’elle même, de sa propre œuvre, tout entièrement faite de son propre mouvement. D’un mouvement de prolifération indéfinie, de dispersion permanente, d’éloignement et de rapprochement mais aussi constitutive, tout autant que constituée, de la circulation et du mouvement des passants -« acteurs et spectateurs à la fois »- de la rencontre, « du rendez-vous qui est peut-être l’œuvre majeure de la ville« .

sleeping chinese

février 27, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.sleepingchinese.com

Fragments d’intime

février 26, 2012

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Fragments_d_intime-9782707156785.html

Dans les espaces urbains marqués par la précarisation, les sphères de l’intime se fragilisent. Cet ouvrage explore la vie émotionnelle, affective et sociale de personnes de toutes origines, souvent marquées par l’épreuve de l’exil, dans un quartier « chaud » de Bruxelles, où les relations hommes/femmes, les quêtes affectives et sexuelles sont d’une grande complexité. L’auteure y a longuement fréquenté des prostituées, des errants avec ou sans papiers, des jeunes issus des anciennes et nouvelles migrations, turques en particulier. Elle restitue ici, avec finesse et délicatesse, leurs histoires et contextes de vie, qui contribuent à façonner leurs rapports au corps, à l’autre sexe et à la solitude.

Les vertiges du corps et les espaces de l’art

février 26, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.franceculture.fr/emission-croisements-les-vertiges-du-corps-et-les-espaces-de-l’art-2011-08-21.html

Dialogue entre Alain Berthoz et Roland Recht

Quelle place occupe notre corps dans les espaces de l’art ? Notre corps de spectateur mais également celui représenté par les artistes. Ce corps en mouvement qui, au fil de l’histoire de l’art, a sans cesse modifié le sens conféré au concept d’espace. Mais de quelle évolution témoignent au juste les différentes représentations plastiques de cette corporéité ? La photographie, le cinéma, …

CORPS URBAINS

février 25, 2012

 

 

CORPS URBAINS

Mouvements et mise en scène
Géographie et Cultures n°70
Sous la direction de Sylvie Miaux

Au regard de la ville et de « ses corps en mouvement », quels choix les aménageurs et les urbanistes privilégient-ils dans la conception de l’espace public ? Quelle place accordent-ils à la dimension corporelle et sensible des mobilités ? Ce numéro spécial aborde l’espace public comme décor et propose une nouvelle lecture de la mise en scène du mouvement des corps, par des pratiques attendues, programmées, mais aussi par des compositions, des « chorégraphies urbaines ».

Quand le corps donne chair à la géographie

février 25, 2012

 

 

 

http://www.franceculture.fr/blog-globe-2012-02-25-quand-le-corps-donne-chair-a-la-geographie

Paul Ardenne : Conférence, Corpopoétique — Pas de corps possible sans représentation

février 25, 2012

« Corpopoétique » ?

Ce néologisme unit deux termes, « corps » et « poétique ». Il fusionne l’un et l’autre de ces termes dans une perspective de recherche. La « Corpopoétique » a cette vocation : penser la co-action de ces deux comportements invariants de la vie humaine, d’une part, la représentation obstinée, par l’homme, de son propre corps ou de celui d’autrui ; d’autre part, l’attribution d’une signification supérieure à cet acte de représentation du corps. La « corpopoétique » traite du corps humain envisagé comme réalité (le corps en soi), comme figure (le corps et son image), comme élaboration, comme représentation incarnée et vécue. Si le corps existe, il existe d’être sans cesse formulé, créé et recréé au rythme des gestes, des actes, des pensées et des représentations.

Avec des vidéos de :

  • mounir fatmi (Les Ciseaux, Les Egarés, Beautiful Language) *
  • Shaun Gladwell (Interceptor surf sequence…)
  • Ali Kazma (Dance Company, Dancer, Painter)
  • Elena Kovylina (Shooting Gallery, Boxing)
  • Eulalia Valldosera (Dependencia mutua) **

spatialité des corps / france culture

février 22, 2012

Le corps a longtemps été mis à distance par les chercheurs. Fort heureusement, ce n’est plus le cas : car la dimension corporelle est première dans l’expérience que chacun fait de l’espace, qu’il soit privé ou public.

http://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-spatialite-des-corps-2012-02-22#.T0T6AlJTHyA.facebook

Invité(s) :
Francine Barthe, maître de conférence en géographie à l’université Jules Vernes Picardie
Claire Hancock, maître de conférences en géographie à l’université de Paris-Est

Promenade urbaine / Pierre Sanson

septembre 18, 2011

 

la bière avant la bière

mars 20, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aux designers de penser la mort avant la mort, le cercueil avant la bière….

http://www.designboom.com/weblog/cat/8/view/13478/hwang-kim-urban-homeless-cocoon.html

corps et décors urbains

février 8, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enjeux culturels des villes
Paola Berenstein-Jacques, Henri-Pierre Jeudy
Nouvelles Etudes Anthropologiques
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION

La culture est pour les villes un moyen de promouvoir leur image de marque. Les constructions architecturales, les oeuvres d’art dans les rues, les festivals, les fêtes sporadiques, les lieux culturels eux-mêmes, tout concourt à mettre la ville dans une perspective d’animation culturelle qui semble lui octroyer son certificat de garantie d’être une « vraie » ville. Cette attraction permanente laisse croire que chacun est en mesure de s’approprier sa ville et que le lien social ainsi promu permet de retrouver un sentiment partagé de communauté.

http://www.laa.archi.fr/spip.php?article64

pinky playground 1 / city stage / rendu de projets

janvier 29, 2011

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pinky playground est un atelier à jouer en 4 parties * sur 2 ans avec la ville comme terrain de jeu. On y entre et sort entre chaque partie, on joue autant de partie que l’on veut, on change de terrain et de discipline à chaque fois. Pinky playground est localisé en Espaces Publics, il accueille les « joueurs » de Design et d’Espaces Scéniques pour des parties croisées, sans hors-jeu. Pinky playground est un training pour Urban games, master Espaces Publics en préfiguration (voir phase projet). La règle de base est de travailler à partir des contextes, géographiques et humains, en questionnant l’inscription de son corps dans ces espaces (notion d’échelles, les postures…) pour produire des projets in-situ. Le contexte est support, surface d’inscription, de dialogue, de rebonds, à chaque partie sa méthodologie, ses outils de recherche et de conception adaptés (échelle1, plan, maquette, dessin de projet, dessin in-situ, repérage, photographie, vidéo, écriture…).

(*) City stage, Word city, Move on, Black night.

cours phase programme (années 2-3)

—————————————————————

Pinky playground 1 / City stage [looking, playing…]

La ville comme espace de regards, lieu de monstration, de représentation. Comment circulent, s’organisent ces regards ? Du flâneur à l’acteur malgré lui, un espace de réversibilité s’ouvre qui construit un théâtre social dont on peut jouer et réinventer les règles, les formes pour en changer le cours, ou au moins le point de vue.

atelier dirigé par François Duconseille

rendu Yves Ayrault et François Duconseille

 

The lying down game

novembre 20, 2010

http://weburbanist.com/2010/11/10/parkour-for-lazies-the-bizarre-british-lying-down-game/

100 000 abonnés au facebook du lying down game envoient en permanence des photos de corps allongés dans les espaces domestiques ou publics

http://www.lyingdowngame.net

100 Naked Citizens: 100 Leaked Body Scans

novembre 17, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.wired.com/threatlevel/2010/11/giz-scans/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+wired%2Fpolitics+%28Wired%3A+Politics%29&utm_content=Google+Reader&pid=10&viewall=true&ref=nf

A Gizmodo investigation has revealed 100 of the photographs saved by the Gen 2 millimeter wave scanner from Brijot Imaging Systems, Inc., obtained by a FOIA request after it was recently revealed that U.S. Marshals operating the machine in the Orlando, Florida, courthouse had improperly — perhaps illegally — saved images of the scans of public servants and private citizens.

Regards sur le Stockfeld / Comment entrer?

novembre 15, 2010

« …Ils marchent, ce sont des marcheurs dont le corps suit les pleins et les déliés d’un contexte urbain qu’ils écrivent sans pouvoir le lire. Ces pratiquants utilisent des espaces qu’on ne peut voir ; leur savoir en est aussi aveugle que celui des amoureux enlacés dans les bras l’un de l’autre… L’acte de marcher est au système urbain ce que la parole est au langage ou aux formulations prononcées. » (Michel de Certeau, Marcher dans la Ville).

Votre corps marche dans le Neuhof au Stockfeld. Comment plongez-vous le corps dans un lieu inconnu ?

Comment jetez-vous un pont entre le Neuhof et le Stockfeld ? Quelle est la nature d’un tel pont.

Elle marche plus lentement que tous les  autres.  Le monde passe poussé par de rapides vents d’émotion. La balle se passe en trois et quatre et six et sept et huit et neuf. Vous signez la balle avec un nom différent. Quatre fois vous la signez avec Neuhof. Comment partagez-vous le temps à partir d’un morceau de papier transmissible ? Comment le petit papier peut-il passer d’un vous à un vous ? L’Indien est-il un touriste ? Des fenêtres fragmentées, provenant d’époques et de lieux différents se relient par des rayures plastiques rouges et blanches.  Montez l’échelle métallique pour atteindre la fenêtre.  Dessinez la carte d’en haut en vous y incluant dedans. Grimpez en haut pour voir de loin ; marchez loin pour le voir de plus près. Est-ce ça aide ? Vous adoptez le personnage d’un touriste émotif qui nous confronte avec nos propres marches dans le Neuhof. Votre émotion est présente.

Maintenant, remplacez tous les « vous » par les « je ». Vous le faiseur ; vous l’ « exerciseur du jeu ».

« Chaque exercice est une « réflexion physique » sur soi-même. Un monologue. Une introversion. … Les jeux sont un dialogue, ils ont besoin d’un interlocuteur. Ce sont des extroversions. Il y a une bonne mesure d’exercice dans les jeux et une bonne mesure de jeu dans les exercices. » (Augusto Boal, Des Jeux pour des Comédiens et des non-Comédiens)

Ce lieu a été créé pour que Je y marche. La nourriture a été créée pour que Je la mange à « Mosaïque ». Est-ce Je suis resté ?

Irina Botéa

mouvements divers de corps et de pensées….

octobre 3, 2009