Archive for juillet, 2012

POSTURE D’ÉCOUTE – L’OREILLE COLLÉE, ÉCOUTE INTIME

juillet 3, 2012

DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE

L’OREILLE COLLÉE

ÉCOUTE INTIME

L’œuvre sonore, qu’elle soit installation, radiophonique ou autre, contribue à générer, ou en tous cas favoriser des postures d’écoute spécifiques. On n’écoutera pas un concert symphonique de la même façon qu’une installation interactive.

Assis, immergé, surplombant, déambulant, allongé, au casque,  en manipulant, en aveugle, à l’aide d’objets, l’oreille collée à … nombre de postures d’écoute peuvent êtres induites, suggérées ou même imposées par l’objet d’écoute. De près, de loin, au centre, sur une ligne, dans un espace circulaire, un parcours, la géographie des espaces d’écoute conditionneront également les gestes, attitudes physiques et mentales de l’écoutant.

On aura parfois à faire à des écoutes collectives, individuelles, au casque par exemple,  qui seront les plus adaptées selon la source sonore, sa puissance, ses modes de diffusion.

Nous parlerons aujourd’hui d’une posture d’écoute intime, celle qui nous oblige à coller l’oreille à une surface, un objet, pour écouter les sonorités qu’il…

View original post 159 mots de plus

juillet 3, 2012

INFERNO

PORTRAIT : STEVEN COHEN.

Steven Cohen, qui sera l’invité du prochain Festival d’Avignon avec deux oeuvres dont une création*, est un artiste atypique. Performeur, danseur, vidéaste, ce « juif pédé et Africain blanc » comme il se définit lui-même, transgenre et provocateur, est né en 1962 à Johannesburg et vit partiellement en France. Steven Cohen est devenu en quelques années une figure singulière de la scène internationale.

Steven Cohen incarne la figure prototypale du performer. Artiste paradoxal, militant et revendicatif, Steven Cohen travaille sur ces territoires limites, instables, de la scène contemporaine. Sa pratique spécifique de l’art de la performance explore méthodiquement les interstices et les marges, le conduisant à se produire aussi bien dans la rue sud-africaine pour des actions provocatrices que sur les plateaux de l’etablishment culturel international.

Oeuvre éminemment politique, son travail interroge les fragilités du bien-disant sociétal, met en abîme les shémas et codes traditionnels de la représentation. Transgenre…

View original post 1 399 mots de plus

juillet 3, 2012

INFERNO

ART / ATTITUDES : Moufida Fedhila, Super-Tunisian en danger.

Moufida Fedhila (née en 1977) travaille entre Paris,  Tunis et Le Caire, créant ainsi un passage entre les cultures et les  territoires. Elle évolue dans un espace sans limite qu’elle questionne, bouscule  et déplace. Après des études de philosophie, d’arts plastiques, de cinéma et de  théâtre, la jeune artiste produit aujourd’hui une œuvre protéiforme et  interdisciplinaire. Elle pratique aussi bien le dessin, la peinture, le cinéma,  la photographie, la poésie que le son, l’installation et la performance. Une  large palette de medium qui est en adéquation avec sa conception du monde et de  la vie : plurielle, complexe, anticonformiste et décloisonnée. Après les  évènements liés à la révolution Arabe en Tunisie, de nombreux artistes sont  revenus sur le devant d’une scène qui était jusque-l’étouffée, bâillonnée ou  censurée.

C’est dans ce contexte politique, social et culturel troublé que  Moufida Fedhila a construit…

View original post 1 272 mots de plus

juillet 2, 2012

DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE

L’OREILLE EN MARCHE

MARCHER DANS LES SONS

 

 

 

Promenades écoute

Comment aborder l’identité sonore d’un lieu en se plongeant au coeur des sons?

Comment nous entendons-nous avec notre environnement ?

Sur le postulat de l’écoute partagée, alimentée par le terreau du paysage sonore ,

entre une approche écologique, sociale, et une proposition esthétique, artistique,

imaginons un parcours sensible, à marcher, à aménager, à écouter et et à vivre de

concert…

L’ÉCOUTE EN MARCHE, PAYSAGES À L’EPREUVE DE L’OREILLE,

PROMENADES ET ATELIERS

Marcher/ déambuler, être guidé, guider, errer, parcourir, se promener…

Mieux entendre, pour mieux s’entendre avec…

Capter/capturer/enregister – Constituer une matériauthèque sonore –

échantillonner un territoire d’écoute, constituer un herbier sonore au fil des marches

Faire sonner – Jouer avec des sons dans l’espace, révéler des acoustiques et

topologies à l’écoute, provoquer des dialogues et postures interactives avec la scène

sonore environnante…

Composer/recomposer – Paysage sonore à…

View original post 442 mots de plus

juillet 2, 2012

Association Concert Urbain

See on Scoop.itThe Architecture of the City

Comme le rappelait Jean-Luc Nancy dans un récent ouvrage , l' »art de la ville » se situe dans son propre mouvement, dans les croisements, les passages et les rencontres qu’elle favorise mais également au niveau des impressions dont elle imprègne les citadins.

Loin des stratégies globales et de l’action démiurge des planificateurs, la ville peut donc également s’appréhender par son expérience perceptive. Conscient de ces rapports sensibles à la ville comme à son évolution, Patrick Baudry vise à dépasser l’approche de la « ville comme société » pour aborder la question de « l’urbain comme rapport au monde » . De manière poétique et philosophique, il s’attache ainsi à appréhender l’être-en-ville, en portant notamment son regard sur l’ordinaire, sur les habitants et les corporéités mises en jeu.

See on www.nonfiction.fr

View original post

« étant donné un mur, que se passe-t-il derrière ? »*

juillet 2, 2012

« étant donné un mur, que se passe-t-il derrière ? »*

diplôme de Scénographie de Marie Fricout

DNSEP Scénographie / ESAD Strasbourg /  juin 2012

Franck Houndégla / Scénographe entre Afrique et Europe

juillet 1, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant l’été 2006, Franck Houndégla, enseignant remarquable de l’Option Design de l’ESADS a été remercié sans raison par la direction de l’époque. Son départ mis fin pendant un temps au rapprochement développé avec lui entre les ateliers Design et Scénographie.

Il revint ensuite à plusieurs reprises dans les projets de l’atelier Scénographie, dans un premier temps sur le partenariat entre l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa et l’ESADS qui donna lieu au projet Milobela en juillet 2010 à Kinshasa. Ensuite en octobre 2010 il invita des étudiants de l’ESADS à joindre un atelier sur les Foyer de travailleurs immigrés, qu’il portait avec l’Ecole d’Architecture de Paris La Villette et la revue Africulture, qui donna lieu au workshop Cuisines mobiles présenté à la Mairie de St Denis en mars 2011. Et en mai 2011 pour un séminaire Play/Urban, en lien avec les recherches qu’il développe sur les villes africaines.

Voici un portrait de lui publié dans le magazine Jeune Afrique

juillet 1, 2012

Foucault News

Entretien avec Arlette Farge

Arlette Farge worked with Foucault on Le Désordre des familles, lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard Julliard, 1982. See the Portail Michel Foucault for info and documents on this book

Rares sont les chercheurs auxquels il arrive de rencontrer des « fans » ; rares sont les auteurs de non-fiction dont on dévore les livres, tous les livres. Historienne du « peuple », du « subalterne » et de tout ce que le XVIIIe siècle compte de dominés, Arlette Farge fait partie de ceux-là s’il en est. Depuis leur émergence des archives judiciaires jusqu’alors oubliées sous la poussière, sa plume et sa voix sont devenues familières aux habitués des librairies et aux auditeurs de France Culture. Poursuivant un parcours entamé par l’étude de la petite délinquance et de la vie fragile avant d’entreprendre plus récemment l’exploration des sons et des voix ouvrières de la capitale, Arlette Farge…

View original post 114 mots de plus

The Funambulist on Foucault

juillet 1, 2012

Playing the City / interviews

juillet 1, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Including fifty-one artist interviews and texts by Matthias Ulrich and Nato Thomson

From 2009 to 2011, the Schirn’s three-part project “Playing the City” exhibited an enormous array of public art. Covert guerrilla events, spectacular surprises, temporary meeting spots—more than fifty projects appropriated Frankfurt’s downtown center and involved the public in varying ways. Fifty-eight international artists and artist groups presented a wide range of works—many of them conceived especially for the project—including performances, happenings, sculptures, installations, workshops, markets, rallies, and demonstrations.

read more