janvier 21, 2013

Originally posted on Association Concert Urbain :

See on Scoop.itURBANmedias

Il y a près de trente ans, parallèlement à l’émergence, dans les sciences sociales, d’un tournant discursif, Bernardo Secchi évoquait, au moyen de ce qu’il appelait alors le “récit d’urbanisme”, le souci des urbanistes pour la production de mythes, faisant d’une activité souvent considérée comme principalement technique, un travail centré sur la fabrique d’images et d’imaginaires. Cette conception de la pratique urbanistique donnera lieu à un puissant courant de recherche dans le monde anglo-saxon. On y tendra d’une part à faire converger récit d’urbanisme et storytelling (Throgmorton, 2007, 2003 ; Sandercock, 2003 ; Eckstein, Throgmorton, 2003) ; d’autre part, à poser le storytelling comme un modèle prescriptif ou descriptif de la pratique urbanistique (van Hulst, 2012).

See on www.braillard.ch

Voir l'original


Gordon Matta-Clark : Conical Intersect

novembre 23, 2012

Ecrire «L’esplanade» (Strasbourg)

novembre 16, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à écouter mis en voix et en sons par Véronique Sauger et Stéphane Bissières, les textes de l’appel à écriture sur l’Esplanade lancé par La ville est un théâtre de Véronique Ejnes et Florence Rudolf

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/contes/emission.php?e_id=11&d_id=515003627&arch=1


Urban Echo

novembre 15, 2012

Originally posted on Urban Films:

Voir l'original


# GUEST WRITERS ESSAYS 37 /// Bodies at Scene: Architecture as Friction by Pedro Hernández

novembre 15, 2012

Originally posted on The Funambulist:

Today’s guest writer is Pedro Hernández who, along with people like Ethel Baraona Pohl, Cesar Reyes, Daniel Fernández Pascual, Mariabruna Fabrizi, Fosco Lucarelli and some more people spread in few European countries, is part of our little blog community of exploration of similar topics. This is therefore not a surprise that Pedro wrote a text that fits perfectly with the Funambulist’ editorial line entitled Bodies at Scene: Architecture as Friction. In it, he defends the argument, often explored here, that architecture carries forms of violence towards the bodies, but he puts this idea in reciprocity when wondering what happens when the violence is directed back to architecture itself. In this regard, he puts in perspective text and illustrated architectural operation which describes his position.

The Funambulist Papers 37 /// Bodies at Scene: Architecture as Friction

by Pedro Hernández

ACT I – DEMATERIALIZE THE ARCHITECTURAL OBJECT.

It is…

Voir l'original 2  175 mots de plus


jouer avec la ville

novembre 4, 2012


ASSEMBLER LA VILLE > HTP40

septembre 28, 2012

 

 

 

 

 

 

ASSEMBLER LA VILLE

Du 15 au 22 octobre 2012, de 12h à 19h30, Théâtre de Hautepierre (anciennement Maillon Hautepierre)

Dans un moment de grands travaux de rénovation urbaine à Hautepierre, l’association Horizome propose, lors de son temps fort annuel, un assemblage de productions artistiques, sociologiques et urbaines: Installations vidéo et sonore de Rossella Piccinno et Zahra Poonawala (artistes en résidence), dispositif multimédia autour de la rénovation urbaine, projet participatif d’aménagement place Erasme, présentation du « détour de France » par le collectif ETC… Ces oeuvres transdisciplinaires mettent en avant la vie qui continue, la constance du quotidien, les adaptations des habitants: Ce haut-parler des mémoires, ces images qui témoignent des visages, des parcours, de l’endurance, de la fabrication quotidienne de la vie.

suite


septembre 28, 2012

Originally posted on citymovement:

I have finished reading Worlds Away: New Suburban Landscape, an exhibition catalogue published by the Walker Arts Center in 2008 for the exhibition Worlds Away: New Suburban Landscape. I realise that I am 4 years behind in discussing the exhibition and catalogue but I started reading Worlds Away because, as much as I deny it, I currently live in the suburbs. I would like to preface that statement by saying the small city I live in is sub-urban to Vancouver but is quite different to the many suburban communities that surround us. However, one thing that I have experienced is that the perception of where I live is suburban and along with that comes many preconceptions both good and bad. However, I have observed two stereotypes that really do seem to prevail here: 1) everyone drives a car EVERYWHERE (even if it is a 5 minute walk and it will…

Voir l'original 477 mots de plus


septembre 27, 2012

esadespacespublics:

The Play>Urban residency ended on 22 september by an final presentation at Vansa, here a post about it…

Originally posted on Derriere:

It sometimes takes a foreigner to make you see the familiar with new eyes. In Joburg, often, as much as we like to think that we’re engaged in this city, and all it’s myriad aspects and peoples, we’re often actually not at all; rather living in bubbles of routine and habit. We pass by extraordinary things, every day, whilst rushing to wherever it is we need to rush to. On street corners, parks, pavements and roads, life happens. And mostly we’re too busy rushing by to notice.

The Play>Urban residency exchange brings together French and South African artists and challenges them to reinterpret the city, Johannesburg, through creative practice, performance, randomness, collective action, collaboration; play.

Play: 1 [ intrans. ] engage in activity for enjoyment and recreation rather than a serious or practical purpose ; • amuse oneself by engaging in imaginative pretense

The closing exhibition for the 2012 Play>Urban…

Voir l'original 247 mots de plus


Play/Urban/Johannesburg

août 29, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Johannesburg Play/Urban residency is taking place at the King Kong building in New Doornfontein (VANSA & Parking Gallery space) from the 27th of August until the 22 of September, during the French-South Africa Season.

This residency is the first of a series (the second one will take place in Strasbourg in October 2013). It will be a collective process (moments of work in a large group, see the list of participants) but will also allow participants to develop personal research areas. These projects will be continued throughout the year between Johannesburg and Strasbourg, and also Kinshasa.
The Johannesburg residency will be one month long. Its principle aim is to engage with the inner city of Johannesburg on a series of experimentations in urban space. These experimentations will be anchored by artists living and working in Joburg on a long term basis : (Dorothée Kreutzfeldt & Bettina Malcomess, Selo Pesa, the Keleketla ! Library collective, the Parking Gallery, Vansa, Donna Kukama and others). Public visibility moments (talks, debates, projections, exhibitions…) will take place on every Wednesday at 18:30 and simultaneously in many other places in the city (Drill Hall, the Substation at Wits… and also in public spaces). In between, each group, mixing students, artists, researchers, will define the form, the temporality and the visibility of its projects. The relation to audiences and inhabitants is a central element of Play/Urban, common to all the projects. Some visibilities will be highly public, others will be more discreet in the urban space.

"Play>Urban is a collaborative project initiated by two art schools, ESAD Strasbourg and WITS School of Arts, with VANSA involved in an advisory role. Play>Urban critically explores creative practice as a form of research. The first in a series of residencies is planned for September 2012 in Johannesburg and will involve collaborations between students, teachers, artists, researchers and cultural activists, who will be exploring urban spaces in the Johannesburg CBD.

Play>Urban web site

and follow the Joburg’s residency on Facebook group Play>Urban


POSTURE D’ÉCOUTE – L’OREILLE COLLÉE, ÉCOUTE INTIME

juillet 3, 2012

Originally posted on DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE:

L’OREILLE COLLÉE

ÉCOUTE INTIME

L’œuvre sonore, qu’elle soit installation, radiophonique ou autre, contribue à générer, ou en tous cas favoriser des postures d’écoute spécifiques. On n’écoutera pas un concert symphonique de la même façon qu’une installation interactive.

Assis, immergé, surplombant, déambulant, allongé, au casque,  en manipulant, en aveugle, à l’aide d’objets, l’oreille collée à … nombre de postures d’écoute peuvent êtres induites, suggérées ou même imposées par l’objet d’écoute. De près, de loin, au centre, sur une ligne, dans un espace circulaire, un parcours, la géographie des espaces d’écoute conditionneront également les gestes, attitudes physiques et mentales de l’écoutant.

On aura parfois à faire à des écoutes collectives, individuelles, au casque par exemple,  qui seront les plus adaptées selon la source sonore, sa puissance, ses modes de diffusion.

Nous parlerons aujourd’hui d’une posture d’écoute intime, celle qui nous oblige à coller l’oreille à une surface, un objet, pour écouter les sonorités qu’il…

Voir l'original 159 mots de plus


juillet 3, 2012

Originally posted on INFERNO:

PORTRAIT : STEVEN COHEN.

Steven Cohen, qui sera l’invité du prochain Festival d’Avignon avec deux oeuvres dont une création*, est un artiste atypique. Performeur, danseur, vidéaste, ce "juif pédé et Africain blanc" comme il se définit lui-même, transgenre et provocateur, est né en 1962 à Johannesburg et vit partiellement en France. Steven Cohen est devenu en quelques années une figure singulière de la scène internationale.

Steven Cohen incarne la figure prototypale du performer. Artiste paradoxal, militant et revendicatif, Steven Cohen travaille sur ces territoires limites, instables, de la scène contemporaine. Sa pratique spécifique de l’art de la performance explore méthodiquement les interstices et les marges, le conduisant à se produire aussi bien dans la rue sud-africaine pour des actions provocatrices que sur les plateaux de l’etablishment culturel international.

Oeuvre éminemment politique, son travail interroge les fragilités du bien-disant sociétal, met en abîme les shémas et codes traditionnels de la représentation. Transgenre…

Voir l'original 1  399 mots de plus


juillet 3, 2012

Originally posted on INFERNO:

ART / ATTITUDES : Moufida Fedhila, Super-Tunisian en danger.

Moufida Fedhila (née en 1977) travaille entre Paris,  Tunis et Le Caire, créant ainsi un passage entre les cultures et les  territoires. Elle évolue dans un espace sans limite qu’elle questionne, bouscule  et déplace. Après des études de philosophie, d’arts plastiques, de cinéma et de  théâtre, la jeune artiste produit aujourd’hui une œuvre protéiforme et  interdisciplinaire. Elle pratique aussi bien le dessin, la peinture, le cinéma,  la photographie, la poésie que le son, l’installation et la performance. Une  large palette de medium qui est en adéquation avec sa conception du monde et de  la vie : plurielle, complexe, anticonformiste et décloisonnée. Après les  évènements liés à la révolution Arabe en Tunisie, de nombreux artistes sont  revenus sur le devant d’une scène qui était jusque-l’étouffée, bâillonnée ou  censurée.

C’est dans ce contexte politique, social et culturel troublé que  Moufida Fedhila a construit…

Voir l'original 1  272 mots de plus


juillet 2, 2012

Originally posted on DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE:

L’OREILLE EN MARCHE

MARCHER DANS LES SONS

 

 

 

Promenades écoute

Comment aborder l’identité sonore d’un lieu en se plongeant au coeur des sons?

Comment nous entendons-nous avec notre environnement ?

Sur le postulat de l’écoute partagée, alimentée par le terreau du paysage sonore ,

entre une approche écologique, sociale, et une proposition esthétique, artistique,

imaginons un parcours sensible, à marcher, à aménager, à écouter et et à vivre de

concert…

L’ÉCOUTE EN MARCHE, PAYSAGES À L’EPREUVE DE L’OREILLE,

PROMENADES ET ATELIERS

Marcher/ déambuler, être guidé, guider, errer, parcourir, se promener…

Mieux entendre, pour mieux s’entendre avec…

Capter/capturer/enregister – Constituer une matériauthèque sonore -

échantillonner un territoire d’écoute, constituer un herbier sonore au fil des marches

Faire sonner - Jouer avec des sons dans l’espace, révéler des acoustiques et

topologies à l’écoute, provoquer des dialogues et postures interactives avec la scène

sonore environnante…

Composer/recomposer - Paysage sonore à…

Voir l'original 442 mots de plus


juillet 2, 2012

Originally posted on Association Concert Urbain :

See on Scoop.itThe Architecture of the City

Comme le rappelait Jean-Luc Nancy dans un récent ouvrage , l’"art de la ville" se situe dans son propre mouvement, dans les croisements, les passages et les rencontres qu’elle favorise mais également au niveau des impressions dont elle imprègne les citadins.

Loin des stratégies globales et de l’action démiurge des planificateurs, la ville peut donc également s’appréhender par son expérience perceptive. Conscient de ces rapports sensibles à la ville comme à son évolution, Patrick Baudry vise à dépasser l’approche de la "ville comme société" pour aborder la question de "l’urbain comme rapport au monde" . De manière poétique et philosophique, il s’attache ainsi à appréhender l’être-en-ville, en portant notamment son regard sur l’ordinaire, sur les habitants et les corporéités mises en jeu.

See on www.nonfiction.fr

Voir l'original


« étant donné un mur, que se passe-t-il derrière ? »*

juillet 2, 2012

« étant donné un mur, que se passe-t-il derrière ? »*

diplôme de Scénographie de Marie Fricout

DNSEP Scénographie / ESAD Strasbourg /  juin 2012


Franck Houndégla / Scénographe entre Afrique et Europe

juillet 1, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant l’été 2006, Franck Houndégla, enseignant remarquable de l’Option Design de l’ESADS a été remercié sans raison par la direction de l’époque. Son départ mis fin pendant un temps au rapprochement développé avec lui entre les ateliers Design et Scénographie.

Il revint ensuite à plusieurs reprises dans les projets de l’atelier Scénographie, dans un premier temps sur le partenariat entre l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa et l’ESADS qui donna lieu au projet Milobela en juillet 2010 à Kinshasa. Ensuite en octobre 2010 il invita des étudiants de l’ESADS à joindre un atelier sur les Foyer de travailleurs immigrés, qu’il portait avec l’Ecole d’Architecture de Paris La Villette et la revue Africulture, qui donna lieu au workshop Cuisines mobiles présenté à la Mairie de St Denis en mars 2011. Et en mai 2011 pour un séminaire Play/Urban, en lien avec les recherches qu’il développe sur les villes africaines.

Voici un portrait de lui publié dans le magazine Jeune Afrique


juillet 1, 2012

Originally posted on Foucault News:

Entretien avec Arlette Farge

Arlette Farge worked with Foucault on Le Désordre des familles, lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard Julliard, 1982. See the Portail Michel Foucault for info and documents on this book

Rares sont les chercheurs auxquels il arrive de rencontrer des "fans" ; rares sont les auteurs de non-fiction dont on dévore les livres, tous les livres. Historienne du "peuple", du "subalterne" et de tout ce que le XVIIIe siècle compte de dominés, Arlette Farge fait partie de ceux-là s’il en est. Depuis leur émergence des archives judiciaires jusqu’alors oubliées sous la poussière, sa plume et sa voix sont devenues familières aux habitués des librairies et aux auditeurs de France Culture. Poursuivant un parcours entamé par l’étude de la petite délinquance et de la vie fragile avant d’entreprendre plus récemment l’exploration des sons et des voix ouvrières de la capitale, Arlette Farge…

Voir l'original 114 mots de plus


The Funambulist on Foucault

juillet 1, 2012

Playing the City / interviews

juillet 1, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Including fifty-one artist interviews and texts by Matthias Ulrich and Nato Thomson

From 2009 to 2011, the Schirn’s three-part project “Playing the City” exhibited an enormous array of public art. Covert guerrilla events, spectacular surprises, temporary meeting spots—more than fifty projects appropriated Frankfurt’s downtown center and involved the public in varying ways. Fifty-eight international artists and artist groups presented a wide range of works—many of them conceived especially for the project—including performances, happenings, sculptures, installations, workshops, markets, rallies, and demonstrations.

read more


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 89 followers